Ange, mésange et étoile: pour une poétique de la neige

Gorris neve

 

En traçant un parcours qui va des cabalistes du seizième siècle jusqu’à nos jours, nous désirons mettre l’accent sur la «blanche fée» porteuse de mort. Cet aspect peut être repéré dans les œuvres les plus différentes et nous en proposons des extraits tirés d’une gerbe de textes: un premier extrait est de nature poétique, du poème encyclopédique La Savoye (1572), de Jacques Peletier du Mans. Des topoi tels que la transformation du paysage, aussi bien que la valeur attribuée à l’enchantement et à la destruction, nous allons les retrouver parmi des auteurs du Val d’Aoste, tels Pierre Lexert et Marco Gal, mais en passant aussi par André Gide et Jorge Semprun. En lisant des réflexions qui remontent à la Renaissance, on pourra constater que certaines observations sur la littérature et la neige ne sont pas si différentes d’une époque à l'autre, jusqu’à l’écriture dans la modernité.

 

Cliquez ici pour télécharger l'article.

Cerca nel sito