La «symphonie» della neve o la confessione della natura

Libasci neige

 

À partir de trois moments essentiels, la neige est dans La Symphonie pastorale un symbole puissant et le signe visible de l’architecture de l’œuvre: par elle déclenche la narration, car c’est à cause de la «claustration forcée» que le narrateur revient en arrière. La neige est moteur du désir, car elle est capable de révéler les passions les plus cachées. La disparition de la neige, enfin, semble annoncer la disparition de la fille et la fin de l’écriture.

La neige mesure aussi les contrecoups de la relation père-fils, la misère familiale, le brûlant interdit. La neige s’oppose enfin à l’eau, eau meurtrière où Gertrude met fin à ses jours. L’eau, état naturel, fin juste pour la petite aveugle.

On essayera de comprendre ces passages clés de la Symphonie, tantôt en s’appuyant sur la neige-réel, tantôt sur la neige-symbole. Par ailleurs, c’est toujours sur deux plans au moins que Gide agit dans sa narration par le biais de l’allégorie et de la parabole.

 

Cliquez ici pour télécharger l'article.

Cerca nel sito